Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site et en profiter pleinement, assurez-vous de maintenir votre navigateur à jour. En ce qui concerne les utilisateurs d’Internet Explorer 8 (IE 8), notez que la version la plus récente est IE8 11.

Comment gérer la qualité du film lacrymal de vos patients

TearFilmQuality.jpg

Ce que vous devez savoir

Évaluation du film lacrymal

  1. Faible intensité lumineuse
  2. Grossissement élevé (25-40x)
  3. Éclairage focal direct

Utilisez la fluorescéine pour mesurer le temps de rupture du film lacrymal

Classement

Grade 0 : Amorphe/ Marbré
Grade 1 : Film lacrymal pollué
Grade 2 : Lipides
Grade 3 : Quantité excessive de lipides, larmes mousseuses
Grade 4 : Aucune couche lipidique

Évaluation du film lacrymal

Questionnaires tels que :

  • Questionnaire Speed (Standardized Patient Evaluation of Eye Dryness)
  • Indice de maladie de la surface oculaire (OSDI)
  • Questionnaire CLDEQ (Contact Lens Dry Eye Questionnaire)
  • CLDEQ-8
  • Indice de sécheresse oculaire McMonnies
  • Tests non invasifs – régularité et hauteur du ménisque lacrymal (marge de la paupière inférieure jusqu’au sommet du réflexe spéculaire)
  • Questionnaire DEQ (Dry Eye Questionnaire)
  • Évaluation invasive au moyen de fluorescéine et temps de rupture non invasif (NIBUT)
  • Autre instrumentation - Tearscope, kératomètre, LipiView®

Étiologie

  • Multifactorielle, y compris l’âge, les médicaments, les conditions systémiques ou oculaires, l’environnement
  • Réduction de la couche lipidique qui mène à des problèmes marginaux de sécheresse oculaire et à une contamination des lentilles
  • Maladie de la marge des paupières
  • Lentilles cornéennes (matériau, conception, programme de port, régime d’entretien)
  • Contamination par les produits cosmétiques ou le savon
  • Environnement

Symptômes

  • Symptômes de sécheresse notamment l’inconfort, la sensation granuleuse et l’irritation
  • Vision floue ou variable

Recommandations aux patients

Signes

  • Faible temps de rupture du film lacrymal préoculaire (TBUT), mauvais mélange de larmes
  • Couche lipidique du film lacrymal mince (ou inexistante) ou excès de lipides (débris dans le film lacrymal)
  • Dysfonctionnement des glandes de Meibomius, blépharite (se reporter à l’image D ci-dessous)
  • Hyperémie de la conjonctive bulbaire
  • Érosions épithéliales superficielles ponctuées
  • Taches au niveau de la conjonctive bulbaire
  • Mouillabilité réduite, lentilles cornéennes présentant des dépôts (se reporter à l’image E ci-dessous)
  • Film lacrymal à forte osmolarité (>316 mOsmol/L)
  • Production réduite de larmes
(D) Blépharites
(E) Mouillabilité réduite

Recommandations

  • Gérer tous les grades si des signes ou symptômes sont présents – améliorer la qualité du film lacrymal
  • Soigner toute maladie de la marge des paupières – hygiène des paupières, compresses chaudes, LipiFlow®
  • Considérer le type de lentille (conception, matériau, modalité, fréquence de remplacement et système d’entretien)
  • Maintenir un bon régime de nettoyage des lentilles, y compris une étape de frottage et rinçage
  • Utiliser des gouttes ou des pulvérisateurs contenant des lipides, des agents viscoélastiques ou des lubrifiants de nuit
  • Modifier l’alimentation, modifier l’environnement, changer les produits cosmétiques, s’entraîner à cligner des yeux
  • Recommander des suppléments Oméga-3

Pronostic

Bon, à moins d'un déséquilibre fondamental du film lacrymal (kératoconjonctivite sèche)

Référence

Adaptation du manuel de gestion des lentilles cornéennes (3e édition)